Elysée-Vendôme - LAURÉAT DU TROPHÉE DU GESTIONNAIRE DE PATRIMOINE 2006 DÉCERNÉ PAR INVESCO AM ET GESTION DE FORTUNE

BOURSE : Des opportunités d'investissement et/ou d'abondement attrayantes

Convertir_en_PDF Version_imprimable Suggérer_par_mail

Le climat de nervosité sur les marchés s’est accentué sur la 1ère quinzaine d’août, ce qui s’est traduit par une vive correction sur l’ensemble des marchés actions, retombés sous leur valeur de début d’année pour les grandes places financières américaine et européennes. Le CAC 40 a ainsi perdu plus de 11% en un mois au 10 août 2007. Le mouvement de panique a été alimenté par une crise de liquidité sur le marché des titres liés aux crédits subprime (mortgage-backed securities), qui ont affecté des produits de trésorerie dynamique, supposés peu risqués et distribués par des gérants de fonds reconnus (notamment BNP Paribas IM, Axa IM ou Oddo AM en France).

Dans ce contexte troublé, les investisseurs, en proie à une défiance généralisée vis-à-vis du risque, se sont reportés sur les obligations d’état, placement traditionnellement refuge. Certains fonds spéculatifs ont dû, quant à eux, se délester de leurs actions pour faire face aux demandes de rachats de leurs clients, amplifiant la correction.

Phénomène nouveau, les banques centrales sont intervenues massivement en injectant des montants de liquidité considérables (plus de EUR 200 milliards pour la seule BCE) pour soutenir les marchés, allant à l’encontre des velléités de resserrement et de hausse des taux qu’on leur prêtait il y a peu. De fait, en fin de mois, si la volatilité est toujours palpable, les marchés se sont stabilisés et sont revenus en positif depuis le début de l’année, seule la place de Tokyo reste en berne.

Pour autant, la crise des crédits hypothécaires a ébranlé la confiance des investisseurs, notamment en raison de l’incertitude liée à son impact définitif sur l’économie réelle. Des signes de ralentissement aux Etats-Unis mais également en Europe sont apparus dès le 2ème trimestre, signes susceptibles de faire réviser leur jugement aux banques centrales. La BCE devrait être particulièrement attendue sur sa position en septembre.

A horizon moyen/long terme, les niveaux de valorisation actuels des actions offrent des opportunités d’investissement et/ou d’abondement attrayantes.

 
< Précédent   Suivant >